L’économie comportementale en question

Un nouveau courant de l’économie prospère depuis le début des années 2000. À base d’expérimentations, il se propose de créer des modèles pour transformer la conduite des individus par la connaissance des biais qui régissent leurs comportements.

Les tenants de ce « nouveau comportementalisme » occupent une position de plus en plus dominante parmi les économistes, auprès des autorités publiques, de grandes fondations, d’entreprises et même dans les médias. L’apparente simplicité de leur méthode, qui prétend notamment changer le sort des populations les plus démunies, redore le blason terni de l’économie, ainsi présentée comme compréhensible, accessible et utile.

Jean-Michel Servet déconstruit la rhétorique comme la pratique de ce mouvement qui représente, selon lui, non seulement une régression pour les sciences sociales, mais aussi une manière de discipliner les populations pour les amener à agir selon les dogmes d’une économie supposée efficace. Parce qu’il semble ignorer les origines culturelles et sociales des actions humaines, le nouveau comportementalisme perpétue des hypothèses fondamentales de l’orthodoxie économique, revue et corrigée par le néolibéralisme.

Presse

Presse

Regarder l’émission « Le duel des critiques » sur BFM Business qui présente l’ouvrage de Jean-Michel Servet.

Lire l’interview de Jean-Michel Servet dans Internet Actu.

Lire la recension dans L’Humanité.

Lire la recension dans la Revue Espace social européen.

Lire la recension dans la Revue Projet.

Écouter Jean-Michel Servet dans l’émission « Versus penser » sur la RTS.

Lire la chronique d’Alain Supiot du Collège de France.

Ecouter Jean-Michel Servet dans l’émission Echos d’éco sur Radio chrétienne francophone : partie 1 et partie 2.

Lire l’article de Jean-Michel Servet dans la Revue Banque.

« L’aide au développement ne peut se contenter « des micro-interventions, visant des individus et agissant à court terme » : lire la tribune de 9 économistes, dont Jean-Michel Servet.